Château d’Écouen : « Émailler le verre à la Renaissance » …

1-ÉCOUEN VERRE VISUELS OFFICIELS1

Recettes vénitiennes de la Renaissance : Gobelet : deux sphynges affrontées/musée du Louvre/ Gobelet aux putti, fouilles du monastère de Santa Chiara de Padoue/Gourde pèlerin, Apt Trésor de la Cathédrale/Coupe couverte sur pied : le triomphe de la chasteté, Paris, musée du Louvre

… Cette nouvelle exposition du Musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, nous emmène sur les traces des artistes verriers entre Venise et la France. Quelque 120 pièces issues de collections notamment françaises, anglaises et italiennes ont été rassemblées pour illustrer le propos à la fois artistique, historique  et scientifique de l’exposition.  Car au-delà de la complexité et du raffinement des formes et des décors alliant verre, dorure et émail, il s’agit aussi d’explorer l’origine géographique et la datation de certains chefs-d’oeuvre, une façon de démêler le vrai du faux, ou plutôt le Vénitien du «façon de Venise», du XVIe au XIXe siècle.
À voir jusqu’au 14 février 2022

L’exposition « Émailler le verre à la Renaissance » dresse un état  des recherches qui ont mobilisé pendant une dizaine d’années des spécialistes de différentes disciplines – historiens de l’art, conservateurs,  ingénieurs  (grâce notamment à AGLAE, accélérateur de particules du C2RMF- le centre de recherche et de restauration des musées de France),  archéologues ou encore  restaurateurs. Si ces recherches ont donné lieu à « des découvertes douloureuses sur des objets de nos collections », avoue le directeur du Musée national de la Renaissance, Thierry Crépin-Leblond, que le visiteur se rassure : le parcours de l’exposition lui offre avant tout le plaisir de déambuler au milieu d’objets qui, quel que soit leur pedigree, s’imposent par leur beauté et leur raffinement, produits  de ce fascinant art du feu qu’est le verre.

IMG_20211012_111722

Cheminée de la grande salle des appartements de Catherine de Médicis /Photo db

C’est d’ailleurs par une initiation à la composition et à la fabrication du matériau verre que commence l’exposition. Outils de verrier (moules, cannes, pontils, etc.), matières premières (minerais, pigments, etc.), ainsi que des extraits de films réalisés par le Corning Museum of Glass montrant le travail des artisans verriers sont présentés dans la grande salle des appartements de Catherine de Médicis avec son imposante cheminée. Car le Musée national de la Renaissance n’ayant pas d’espaces dédiés aux expositions temporaires, celles-ci prennent place dans les appartements du château aménagés spécifiquement pour Henri II et Catherine de Médicis. (1)

Dans cette même salle, on découvre ensuite un premier ensemble de pièces –  coupes, gobelets, gourdes de pèlerin – issues des « recettes vénitiennes de la Renaissance ». L’essor de la verrerie vénitienne est lié à une série d’innovations techniques, parmi lesquelles le cristallo,(2) un verre d’une grande pureté mis au point au milieu du XVe siècle. Cette recette, ainsi que celle d’un verre plus courant (vitrum blanchum), favorisent la création d’objets de prestige en lien avec l’art de la table et la cérémonie du banquet. En parallèle, la décoration dorée et émaillée, déjà en usage à Venise aux XIIIe et XIVe siècles, connaît un renouveau, donnant naissance à une production ornée de motifs géométriques, religieux, héraldiques, ou encore à l’antique. Ces verres suscitent rapidement l’engouement des élites italiennes, et plus largement européennes.

Visuel 17

« Façon de Venise » : Pot couvert, Catalogne (seconde moitié du XVIe/ Musée du Louvre/photo Martine Beck-Coppola

Un deuxième ensemble confronte le visiteur à des pièces issues d’ateliers travaillant à la façon de Venise. Les archives témoignent de la diaspora précoce des verriers italiens contribuant à diffuser les recettes et les pratiques vénitiennes. On sait par ailleurs qu’en Italie, les verreries sont nombreuses aux XVe et XVIe siècles, en Toscane ou en Ligurie (Altare) et que certaines régions européennes ont une riche tradition verrière, comme la Catalogne et les régions germaniques, comme le Tyrol où l’émaillage des verres est attesté à partir des années 1530. Or, près de la moitié des objets analysés se révèlent incompatibles avec les recettes vénitiennes de la Renaissance. L’attention se porte à nouveau sur les gourdes dites de pèlerin, très semblables par leur forme et  leur décor mais hétérogènes du point de vue de leur composition chimique, notamment avec la présence de plomb.

L’exposition se poursuit dans la chambre de la reine traversée par une belle diagonale de verres bleus mis en valeur par la scénographie. Initialement attribués à Venise,  ils se sont révélés très différents après analyse. Il s’agit là sans doute «  des découvertes douloureuses sur des objets de nos collections », auxquelles le directeur du Musée national de la Renaissance faisait allusion en présentant l’exposition.

LES BLEUS :photo Amand

« la diagonale de bleus » / Photo Amand Berteigne

Par ailleurs, une trentaine de pièces complètes et environ 80 fragments archéologiques illustrent la production de verre émaillé et doré en France au XVIe siècle. Des objets fabriqués dans la plupart des régions françaises, parfois dans des verreries prestigieuses. C’est le cas par exemple de la verrerie royale de Saint-Germain-en-Laye, créée sous la protection d’Henri II à partir de 1551.

Visuel 12

France XIXe, Coupe aux armes de Catherine de Médicis, « incompatible  » avec les recettes vénitiennes de la Renaissance /Musée d’Écouen / Photo Mathieu Rabeau

Le parcours s’achève au XIXe siècle, lorsqu’à partir des années 1820-1830 les amateurs d’art, non seulement en France mais dans toute l’Europe, ont un intérêt prononcé pour l’art d’un passé prestigieux et idéalisé. Les verres vénitiens de la Renaissance sont alors très recherchés, en particulier ceux à décor émaillé et doré. Pour répondre à une demande croissante, se développe alors une production de pièces historicistes ou de copies, mais aussi des restaurations ou encore des faux. La frontière étant souvent bien floue…

Le visiteur pourra ensuite profiter de sa présence au château d’Écouen pour aller saluer celui qui l’a fait construire entre 1538 et 1550.  Le château de Versailles a en effet consenti, pour la durée de cinq ans, au dépôt du portrait du connétable Anne de Montmorency, d’après François Clouet.

Sans oublier d’aller sur la terrasse d’où l’on jouit d’une vue exceptionnelle sur la Plaine de France, avant – si l’on est venu en train – de redescendre vers la gare d’Écouen-Ézanville en traversant les bois, par un sentier très bien balisé …

1-ÉCOUEN ÉMAILLER LE VERRE OCT 21

Château d’Écouen,Photo db // portrait Anne de Montmorency

(1) Construit entre 1538 et 1550 pour Anne de Montmorency, connétable de France, le château d’Écouen a conservé une grande partie de son décor d’origine. Notamment ses douze cheminées peintes et ses frises ornées de rinceaux et grotesques qui forment un ensemble unique. À quoi s’ajoutent pavements de faïences polychromes, vitraux héraldiques en grisaille et jaune d’argent, lambris dorés où viennent s’inscrire mobilier, orfèvrerie, céramique, verrerie, émaux peints, tapisseries et tentures de cuir…
(2) Cristallo, c’est aussi le nom qui a été donné au projet de recherches en 2013.

Horaires du musée : 
Tous les jours sauf le mardi
9h30 à 12h45 et 14h à 17h15

Parc – domaine du château :
Ouvert tous les jours (y compris le mardi) de 8h00 à 18h00
L’accès au parc est gratuit.
Fermé les 1er janvier et 25 décembre.

Cet article, publié dans Art de vivre, Culture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s