Festival à Alençon, berceau de « La reine des dentelles »…

Atelier national du Point d'Alençon, 2006, Volant (détail) © Amand Berteigne

Atelier national du Point d’Alençon, 2006, coll. Mobilier National  © Amand Berteigne


La ville d’Alençon en Normandie organise du 27 au 29 septembre 2013 le premier  festival « Fil et Dentelle ». Initiative plus que légitime pour la cité dentellière où est né le célèbre Point d’Alençon inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco depuis 2010. Le « Point de France » héritier du non moins célèbre « Point de Venise », est l’objet d’une tradition perpétuée par l’Atelier national du Point d’Alençon et le musée des Beaux-Arts et de la Dentelle. 

Ce nouveau festival a pour objectif de rassembler « tous les passionnés du fil sous toutes ses formes de créations« .  Professionnels et collectionneurs ont été invités à « revisiter le tricot, le tissage, le patchwork sur des registres étonnants alliant le fil, la laine, le lin jusqu’aux nouvelles matières hautement technologiques issues de la plasturgie« , par le biais de conférences, expositions, ventes. Tandis que les cafés et restaurants d’Alençon accueilleront des ateliers pratiques : Café Tricot, Café Dentelle, Café Patchwork, Café Feutrage… (1)

Chaussure par Véronique Zimmerman © DR

Chaussure par Véronique Zimmerman © DR

Mais revenons à ce fameux « Point d’Alençon »…Certains savent peut-être déjà tout ce qu’il faut savoir sur cette technique de dentelle à l’aiguille  pour avoir visité en 2011 le Salon international des arts du fil, L’Aiguille en fête qui, pour sa 8ème édition à la Grande Halle de la Villette à Partis,  avait mis à l’honneur la dentelle… (2)

En fait, l’histoire commence en Italie, avec la dentelle de Venise à l’aiguille. Réalisée en fil de lin, elle était célèbre pour l’élégance des grands motifs floraux, des rinceaux et des festons en fort relief sur un fond composé de brides et de barrettes irrégulières souvent ornés de picots. Posée à plat, elle ornait les costumes religieux et profanes dans toute l’Europe du XVIIe siècle.

En France, Colbert soucieux de préserver les finances du royaume et d’y développer l’industrie et le commerce, crée les « Manufactures royales de Points de France », plaçant la dentelle à l’aiguille, la plus coûteuse et la plus difficile à réaliser, sous le monopole de l’Etat, et fait promulguer un édit interdisant l’entrée en France de dentelles étrangères, surtout italiennes. (3)

Dentelle Asso Point d' Alençon © David Commenchal

Dentelle Point d’ Alençon © David Commenchal

C’est dans ce contexte qu’en 1665 est créée une manufacture royale de dentelle à Alençon. Ce choix n’est pas le fruit du hasard, car depuis 1650, une veuve alençonnaise, Madame de La Perrière s’est lancée dans l’imitation et le perfectionnement du  Point de Venise, qui aboutira à un style particulier donnant naissance au Point d’Alençon.  Cette dentelle imitant le Point de Venise, atteint un tel perfectionnement technique et un rendu si délicat qu’elle obtient un succès immédiat à Versailles et dans les  cours d’Europe.

Dentelle Point d'Alençon © Musée Beaux-arts et de la Dentelle

Dentelle Point d’Alençon © Musée Beaux-arts et de la Dentelle

La dentelle au Point d’Alençon doit son caractère singulier au haut niveau de savoir-faire requis et au temps très long qu’il faut pour la produire, en moyenne sept heures par centimètre carré.  Pour en maîtriser totalement la technique, il faut entre sept et dix ans de formation. L’apprentissage, qui suppose un lien étroit entre la dentellière spécialisée et l’apprentie, repose exclusivement sur la transmission orale et l’enseignement pratique.

Alençon perpétue depuis trois siècles la tradition de ce savoir-faire que la concurrence de la dentelle mécanique et l’évolution de la mode a condamné au déclin dès la fin du XIXe siècle. En 1903, la création d’une école dentellière par la Chambre de Commerce d’Alençon permet la sauvegarde de la technique.

Alors qu’au XVIIIe siècle, à l’apogée de cette industrie dentellière, Alençon comptait quelque 80 fabricants et 10 000 ouvrières, aujourd’hui seulement une douzaine de dentellières perpétuent ce savoir-faire unique, au titre de la « sauvegarde du patrimoine national », au sein de L’Atelier national, créé en 1976 à l’instigation  de l’Etat. Aujourd’hui rattaché au Ministère de la Culture,  il a pour vocation de maintenir la tradition de la technique dentellière, cumulant les missions de conservation, de transmission, de recherche et de création. On y retrouve les points dont la technique s’est perdue, on y transpose, en dentelle, des oeuvres d’artistes contemporains, un peu comme on le fait dans les différentes manufactures de tapisserie du Mobilier national. Le Mobilier national qui est d’ailleurs le principal destinataire des pièces créées par les dentellières. (4)

Une démarche de sauvegarde qui s’est vue authentifiée avec l’inscription  de celle qu’on appelle « la reine des dentelles »  au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, par l’Unesco, en novembre 2010. (5)

Entrée du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle à Alençon © DR

Entrée du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle à Alençon © DR


(1)
Salon « Fil et Dentelle » – La Halle au blé – 61 Alençon
Ouvert de 10h à 19h, Entrée : 5€ – gratuit pour les moins de 12 ans
(2) l’édition 2014 aura lieu du 6 au 9 février, au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris.
(3) Un autre édit interdira l’importation des « indiennes » faisant concurrence aux soyeux de Lyon et aux drapiers de Normandie.
(4) Si l’Atelier national n’est pas ouvert au public, ses dentellières peuvent réaliser des démonstrations sur demande au Musée des Beaux-arts et de la Dentelle d’Alençon…
(5) Pour consulter le dossier, cliquer ici

Publicités
Cet article, publié dans Patrimoine, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Festival à Alençon, berceau de « La reine des dentelles »…

  1. Rauber Carole dit :

    En effet de très Belles choses, et une très belle invitation à découvrir cette 1ère édition du Festival Fil et Dentelle à Alençon, Merci Danielle 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s