« Je suis encore en vie » de Jacques Allaire au Théâtre des quartiers d’Ivry

Un titre qui résonne comme un écho au chemin des salles de théâtre enfin retrouvé…
C’est surtout celui du spectacle de Jacques Allaire que le Théâtre des quartiers d’Ivry, installé dans l’ancienne Manufacture des Oeillets, accueille du 27 au 30 mai 2021. Je suis encore en vie est une expérience théâtrale surprenante et prenante.  L’auteur et metteur en scène a en effet choisi le mutisme pour exprimer l’indicible violence faite à une femme, la poétesse afghane, Nadia Anjuman, battue à mort par son mari. Durant l’heure que dure le spectacle, on n’entend jamais les voix des acteurs, Anissa Daoud et Jacques Allaire, mais on est porté par la puissance de leur présence dans un silence habité de sons, de musique et d’extraits de poèmes en voix off.

La petite salle en gradins du théâtre est un espace parfaitement adapté au huis-clos entre la femme et l’homme qui va se dérouler, le temps d’une heure, sur la scène. Un « espace sacrificiel » comme le qualifie Jacques Allaire. La mise en place du décor effectué par les deux acteurs s’effectue avec la lenteur et la précision d’un rituel. Les objets sont déposés à leur emplacement indiqué par des marques blanches : un lit d’examen médical, la bouteille d’oxygène et son support, une chaise. Après avoir achevé de délimiter l’espace en déroulant sur le sol une bande adhésive blanche, l’homme fera descendre au fond de la scène un rideau de plastique translucide, derrière lequel se jouera une autre partition du quotidien de la femme : apaiser l’enfant dont on n’entendra que les pleurs.

Se trouve ainsi matérialisé l’enfermement de la femme dans la répétition des gestes des soins à l’époux, de l’attention à l’enfant et de la prière. La lenteur avec laquelle la femme accomplit ces gestes en accentue le côté cérémoniel et la portée tragique. La violence y est présente en sourdine, celle qui sourd de la révolte contenue contre la tyrannie subie, de l’âme et du corps.

Et justement, la pulsion meurtrière va se donner libre cours dans un corps à corps désespéré, impudique et furieux. Certaines étreintes évoquent celles de l’amour… Privé de vie, à terre, le corps de l’homme est lourd, trop lourd, impossible …  Il faut saluer la belle performance physique des deux acteurs dans cette séquence quasiment insoutenable – et peut-être un peu longue – où se mêlent violence et désir inassouvi.

Une mort fantasmée.  Comme la pulsion de meurtre contenue depuis  le début du spectacle dans les gestes de la femme, lorsque qu’elle contrôle l’arrivée de l’oxygène dans le masque de l’homme allongé ou qu’elle s’approche de celui-ci serrant le foulard tendu entre ses mains …

Mais le tissu n’aura alors servi qu’à recouvrir d’un voile le visage de l’homme, comme pour mieux échapper à son regard. Tandis que sur le visage de la femme se mettent à scintiller les éclats de lumière surgis des pages du livre descendu des cintres et ouvert, dans ce bref instant de liberté que lui offre la nuit. Les cheveux sont dénoués, les jambes se déploient. Comme un envol. Un très beau moment, sur le fond comme sur la forme, de ce théâtre sans mots. (1)

La femme, elle, mourra. L’homme allumera une cigarette, comme après l’amour. C’est d’ailleurs une chanson d’amour qu’on entend. On le sait, dans la vie réelle, il a été relâché après quelques jours passés en prison…

Les mots sont difficile à mettre sur ce spectacle que Jacques Allaire a voulu « comme une sensation » et « purement subjectif, une perception plutôt qu’un récit objectif ou narratif« . (2) C’est en  tout cas une expérience à la fois intense et intime, physique et poétique, qui doit beaucoup à la présence d’Anissa Daoud et à la scénographie de Jacques Allaire, en collaboration avec Stéphane Monteiro pour le son et Norbert Richard pour la lumière.

Le théâtre des quartiers d’Ivry/ancienne manufacture des oeillets

(1) Les mots, on les a trouvés dans ce poème de Nadia Anjuman, Illumination :

« Voici la nuit : la poésie illumine mes instants
Voici l’exaltation qui peigne mes cordes vocales
Quel est ce feu, merveille étrange, qui m’abreuve ?
Voici que le parfum de l’âme embaume le corps de mes rêves
Je ne sais de quelle montagne, de quel sommet d’espoir
Voici que souffle une brise nouvelle sur la saison de ma fin
Du halo de lumière me vient une transparence, luminescence
Voici que n’ont plus d’autre désir mes larmes et mes soupirs
Les étincelles de mes plaintes font une poussière d’étoiles
Voici que la colombe de mes prières fait son nid dans l’empyrée
Mes larmes incontrôlées sur les lignes de mon livre
Voici qu’elles tombent, goutte à goutte, vois-tu ô mon Dieu
De mes paroles dans un cahier, de mes mots tumultueux
Voici que gronde une tourmente, fruit de mon silence obstiné
Aube, chère aube, ne déchire pas la soie imaginaire
Voici que je suis plus heureuse la nuit, quand poésie illumine mes instants« 
(Traduction de Leili Anvar)

L’écrivain afghan Atiq Rahimi a reçu le prix Goncourt 2008 pour son livre Syngué sabour (Pierre de patience), dédié à Nadia Anjuman dont il s’est inspiré pour son personnage de femme.

(2) Entretien avec Bernard Magnier à l’occasion de la présentation du spectacle au Tarmac, à Paris, en janvier 2014

Théâtre des quartiers d’Ivry

Manufacture des Œillets
1 place Pierre Gosnat
94200 Ivry-sur-Seine

Publié dans Culture | Tagué , | Laisser un commentaire

Aux Éditions du Mécène on se demande Qui boit (buvait) quoi?

Voilà une bonne question sur laquelle se sont penchés Patrice de Moncan et Debra Finerman dans ce nouvel ouvrage « Leurs vins préférés, Légendes historiques & Stars actuelles ».

D’Alexandre le Grand à Winston Churchill ou Claude François en passant par Henri IV, Jean Gabin ou la bien nommée Marguerite Duras, sans oublier, bien sûr, Gérard Depardieu, les auteurs ont passé  en revue plus de 150 personnalités d’époques et d’univers différents,  sous l’angle de la dive bouteille …

Le résultat de leurs recherches est aussi divertissant qu’instructif, offrant au lecteur une sorte d’histoire du vin et de l’évolution des goûts en la matière, dans laquelle il peut puiser à son gré. Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Prolongation jusqu’au 20 décembre 2020 : Delaperche à Orléans, « Un artiste face aux tourments de l’Histoire »…

Jean-Marie DELAPERCHE, « Tous les âges passent sur l’aile du temps, vers 1817 »

… ou « un génie révélé ». C’est en ces termes que l’exposition au musée des Beaux-arts d’Orléans, consacrée à Jean-Marie Delaperche (1771-1843) a été annoncée et est présentée. Il s’agit bien en effet de révélation, puisque l’artiste était resté dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui. C’est à dire jusqu’à la découverte et l’identification en 2017 d’un ensemble de 91 dessins, jugés dignes des plus grands artistes de son temps. Une découverte qui a été suivie d’une longue enquête pour retracer la biographie et la carrière du dessinateur et peintre, d’Orléans où il est né à Paris où il meurt, en passant par Moscou où il a vécu une vingtaine d’années. Sans que soient pour autant levées toutes les zones d’ombre sur l’oeuvre  et la personnalité complexe de Jean-Marie Delaperche. Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine | Tagué , , , , | 1 commentaire

« Être libre » : BEN investit le château de Chamarande … (derniers jours)

MONTAGE
À gauche, magasin de Ben, Nice 1959-1973 / À droite, maison de Ben et Annie Vautier , Nice 2015

C’est une véritable rétrospective de l’oeuvre de Ben que propose la nouvelle exposition organisée au Domaine départemental de Chamarande. Les quelque 400 oeuvres et documents présentés dans le château et l’orangerie retracent le parcours de l’artiste niçois, des années 1950 à aujourd’hui. Connu du grand public surtout pour ses « écritures » – ces aphorismes déclinés a satiété sur des produits dérivés –  Ben l’est moins en tant que performeur et plasticien lié au mouvement Fluxus de désacralisation de l’art et à l’École de Nice aux côtés notamment d’Arman et d’Yves Klein. Des  aspects que l’exposition « Être libre » permet de découvrir.  À voir jusqu’au 11 octobre 2020.

Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine | Tagué , | Laisser un commentaire

Réouverture : Le « Cabaret du Néant » revit au château de Rentilly

Exposition « le cabaret du Néant » à Rentilly /derrière l’écorché allongé, Hélène et Homer, de Victor Yudaev photo db

Une semaine après son inauguration, le 8 mars 2020, cette exposition avait dû fermer ses portes au public en raison des mesures sanitaires de confinement liées à la pandémie de Covid-19. Elle a heureusement pu être prolongée et les visiteurs pourront la découvrir du 18 septembre au 15 novembre 2020! D’autant que l’automne est une belle saison pour apprécier le parc de Rentilly et ses arbres remarquables…

Le château de Rentilly et son parc/ photo db


S’il résonne comme un étrange écho à la situation actuelle, le titre de cette nouvelle exposition du Frac Île-de-France, organisée avec l’École nationale supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) de Paris, fait référence  au célèbre cabaret à thèmes installé à la  fin du XIXe siècle à Montmartre et qui déployait son ambiance parodique et funèbre en se jouant avec une ironie sulfureuse de situations macabres. L’exposition, dont le parcours a été élaboré avec la nouvelle  filière « Métiers de l’exposition » de  l’ENSBA réunit des oeuvres d’artistes contemporains et d’étudiants des Beaux-Arts, mises en regard de pièces maîtresses de la collection de l’institution parisienne. 
Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine | Tagué , , , , , | 1 commentaire

En ce 25 avril : Hommage à JOSÉ AFONSO (bis)

         (Cet article est la reprise de celui écrit  à l’issue du concert donné au Théâtre de la Ville en 2012. Avec un écho particulier en ce moment que nous traversons …) 

 JOSEAFONSO AFFICHELe 25 avril 1974 , une chanson, Grândola Vila Morena, enregistrée trois ans plus tôt en France par José Afonso, donnait le signal de la Révolution des Oeillets au Portugal. En novembre 1981, José Afonso était  au Théâtre de la Ville à Paris pour une série de cinq récitals.  Sur cette même scène un hommage lui a été rendu le 21 novembre 2012,  à l’occasion du 25ème anniversaire de sa mort.
Devant une salle comble mêlant les générations, une dizaine de chanteurs et musiciens, compagnons de route ou jeunes artistes, ont redonné vie aux mots et à la musique du poète engagé, le temps d’un unique  concert. 
Lire la suite

Publié dans Culture, Horizon lusophone, Témoignage | Tagué , , | Laisser un commentaire