PHOTO : « Ensemble seul », la magie des ambrotypes d’Éric Antoine

Eric-Antoine-Web-FlyerDepuis quelques années, le photographe Eric Antoine a concentré son travail sur la technique capricieuse et contraignante du collodion humide où chaque étape est gérée par l’artiste. Ses images sur verre, claires ou sombres, sont le fragile résultat d’un travail solitaire et laborieux et le fruit d’une alchimie singulière entre le procédé et le sujet. Ce que résume le titre, Ensemble seul, de l’exposition présentée à la galerie Laurence Esnol à Paris, jusqu’au 30 novembre 2013.

Il est des enthousiasmes communicatifs, tel celui qui m’a incitée à porter mes pas jusqu’au 22 de la rue Bonaparte et pousser la porte de la Galerie Laurence Esnol pour y découvrir, au fil d’une cinquantaine de clichés, le travail d’Eric Antoine.

© Eric Antoine

© Eric Antoine

« Je suis photographe et mon atelier se situe dans le corps de ferme où je vis, à Hangenbieten. J’ai la particularité de faire des photographies avec le procédé du collodion humide, technique du 19ème siècle« . Une technique qui sera vite abandonnée, car le procédé, lent et difficile, est à la fois précis et aléatoire, laissant la place à l’apparition d’accidents visuels. Des accidents qu’Eric Antoine laisse advenir tout en les contenant dans une certaine maîtrise, ce qui renforce la poésie, l’étrangeté et le mystère de certains clichés, entre éternité et fugacité : « En utilisant la chimie, je crée des zones spectrales. Les corps sont comme mangés (…) C’est un travail quasi autobiographique. Sur l’absence, le retour sur soi, la fuite du temps, l’inexorable avancée vers la mort ».

© Eric Antoine

© Eric Antoine

Mais le photographe a aussi ce qu’on pourrait appeler sa ligne claire, notamment dans les portraits, où le procédé utilisé révèle sa très grande précision, laissant voir par exemple le grain d’une peau, d’une manière saisissante.  Une précision qu’on retrouve dans certaines images d’objets, de choses, comme des natures mortes. « Je pense la photo comme on pense une peinture. Je suis nul en peinture, mais j’essaie de retrouver ses sensations grâce à cette technique ».

© Eric antoine

© Eric antoine

Photographe autodidacte,  Eric Antoine n’a pas toujours travaillé de cette manière. Pendant une quinzaine d’années il a exploré les ressources de la photographie argentique en parcourant le monde et en publiant articles et photos dans des magazines, avant de décider en 2010 de s’installer à la campagne et de se dédier à l’ambrotype. « J’ai assez fait d’instantanés, aujourd’hui, je fais une photo par semaine« . Des images exclusivement prises dans son environnement personnel : « Mon atelier est composé d’un studio dans une pièce d’une maison bourgeoise du début 19ème siècle et un laboratoire de l’autre coté de la cour intérieure. La cour intérieure, la grange et les jardins sont utilisés comme studio pendant l’été« , ainsi présentait-il son environnement quotidien lors de l’ouverture (très rare) de son atelier au public en mai 2013.

Scènes mêlant la nature et des êtres isolés, portraits ou natures mortes, les images d’Eric Antoine rassemblées pour cette exposition Ensemble seul « se présentent telles des reliques d’une époque indéfinie » et en appellent « aux émotions les plus intimes en interrogeant sur l’absence, la fuite du temps et la fragilité de l’être« .

© Eric Antoine

© Eric Antoine

LAURENCE ESNOL GALLERY
7, rue Bonaparte
22, rue Bonaparte
75006 PARIS
+33 1 43 26 23 14

Publicités
Cet article, publié dans Culture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s