Un chouette « Pinocchio » au Théâtre de Belleville…

Pinocchio©Raymond Rabin

Pinocchio©Raymond Rabin

 

… ou comment on devient  « un vrai p’tit mec« ! Car il s’agit bien dans Les Aventures de Pinocchio écrites par Carlo Collodi (1826 – 1890),non seulement d’un pantin devenant vivant, mais aussi du passage de l’enfance à l’âge adulte, ou presque, dans un monde semé d’embûches et de fripouilles. La fable est revue en polar fantaisiste et féérique par Mathieu Létuvé avec sa troupe du Caliband Théâtre, dans une adaptation « à la fois fidèle et totalement inspirée« , comme il le dit lui même de celle de Lee Hall dont il s’est … inspiré! Mais faisons simple : ce Pinocchio est réjouissant, grâce aux acteurs – notamment Lauren Toulin, excellente dans le rôle de Pinocchio – et une mise en scène très inventive. Bref, un spectacle intelligent et réjouissant pour « petits et grands », à l’affiche du Théâtre de Belleville jusqu’au 30 décembre 2015. (1)

Pinocchio © Raymond Rabin

Pinocchio © Raymond Rabin

Et ça commence par un cadavre. Comme dans beaucoup de polars et aussi parce que Collodi a fait mourir son héros, avant de le ressusciter devant les protestations des lecteurs. Qu’on se rassure : rien de macabre sur la scène, simplement l’inspecteur – qui sera aussi le narrateur – va devoir mener l’enquête pour savoir ce qui est arrivé au pantin allongé là sans vie. Mais il ne tarde pas à s’animer à nouveau. Et c’est ainsi qu’on va remonter le fil des aventures de Pinocchio, en une sorte de flash-back. 

Car nombreuses sont les références cinématographiques, ne serait-ce que par le décor (signé William Defresne) dressant au fond de la scène son mur mobile de tiroirs/portes métalliques, figurant  aussi bien la morgue, que la façade d’un immeuble ou les placards d’une cuisine – dans lesquels un Pinocchio affamé cherchera en vain de la nourriture, ou encore l’entrée d’un night-club… à la faveur des jeux de lumière (régis par Eric Guilbaud) qui viennent l’animer. (2)

PinocchioUne lumière qui dessine aussi certains épisodes en ombres chinoises derrière un cercle de toile tendue comme la peau d’un tambour.  C’est par le biais de ce théâtre d’ombres que l’on verra notamment le nez de Pinocchio s’allonger au fil de ses mensonges…

De la naissance du pantin sculpté par Gepetto au sauvetage de celui-ci du ventre de la baleine puis des flots par un Pinocchio devenu « un vrai p’tit mec » – « un bon petit garçon« , écrit Collodi, mais nous  sommes au XXIe siècle, et non plus au XIXe – les péripéties s’enchaînent, les rebondissements se succèdent, d’étranges personnages ou créatures apparaissent, disparaissent et réapparaissent sur la scène du Théâtre de Belleville. Car « Au cours de son errance vagabonde, le petit pantin a croisé la route de tous ces personnages marginaux, qui peuplent le cortège grotesque, burlesque ou inquiétant, d’un monde interlope » : un certain renard « petite fripouille des bas quartiers, escroc notoire« , flanqué  d’une chatte, « personnage fantasque, haut en couleur« , des saltimbanques, des mauvais élèves, un « Pays des Andouilles », un autre des « Joujoux », un « Champ des miracles », une baleine.. mais aussi un « grillon » plein de sagesse, une fée protectrice et ses petites lumières bleues… Sans oublier bien sûr, le créateur tout dévoué à sa créature, Gepetto, le « père » de Pinocchio.

Imagination et talent se conjuguent – tant dans la mise en scène  (Marie Mellier et Mathieu Létuvé) que dans le jeu des acteurs (Stéphane Hervé, Mathieu Létuvé, Jean-François Levistre, Lauren Toulin)  – pour suggérer de manière convaincante, poétique et/ou ludique situations et personnages de ce parcours initiatique. Pour le plus grand plaisir des spectateurs, de 8 ans à ….Affiche Pinocchio Belleville

(1) Les représentations ont lieu les lundis à 19H15 et dimanches à 15h jusqu’au 21 décembre.
Ensuite, à partir du 22 décembre, du mardi au dimanche à 15h (relâche les 24 et 25 décembre)

(2) Lee Hall, dont Létuvé s’est inspiré pour ce spectacle, a écrit pour le cinéma, le théâtre, la télévision et la radio. Il est notamment le scénariste du film Billy Elliot de Stephen Daldry (2000)logo belleville

 

THÉÂTRE DE BELLEVILLE
94 rue du Faubourg du Temple
75011 Paris
Réservations 01 48 06 72 34
reservations@theatredebelleville.com

Publicités
Cet article, publié dans Culture, Patrimoine, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s