Art contemporain / Propos d’Europe 2015 : « Thoughts that Breathe »…

Propos d'Europe 2015, de gauche à droite des ouvres de Bojan Šarčević et Markus Schinwald

Propos d’Europe 2015, de gauche à droite des oeuvres de Bojan Šarčević et Markus Schinwald

 

Créée en 2002 à l’initiative de la Fondation Hippocrène, la manifestation d’art contemporain Propos d’Europe réunit chaque année des oeuvres d’artistes de différents pays européens « afin de mettre en lumière une scène artistique d’un pays et la richesse de la diversité culturelle en Europe« . Pour cette 14ème édition (du 6 octobre au 18 décembre 2015), l’invité est la Fondation Haubrok de Berlin, riche de quelque 900 oeuvres dans les domaines de la photographie, de la sculpture et de l’art conceptuel. L’exposition Thoughts that breathe réunit quatre artistes de renommée internationale – Carol Bove, Martin Boyce, Bojan Šarčević et Markus Schinwald – dont les oeuvres dialoguent avec l’espace de l’ancienne agence parisienne de l’architecte moderniste Robert Mallet-Stevens où est installé depuis 2000 le siège de la Fondation Hippocrène.(1)

Effectivement, l’un des plaisirs de se rendre à ce rendez-vous annuel de Propos d’Europe, c’est de baigner dans cette architecture épurée de la rue Mallet-Stevens dans le XVIe arrondissement de Paris, puisque l’architecte (1886-1945) a le privilège d’avoir donné son nom à cet ensemble de cinq hôtels particuliers, véritable manifeste d’architecture moderne inauguré en 1927. Et surtout, c’est l’occasion rare de pénétrer à l’intérieur d’un de ces édifices et d’en apprécier les espaces et la lumière. (2)

Propos d'Europe 2015, Martin Boyce-White Disaster

Propos d’Europe 2015, Martin Boyce-White Disaster 2000/  / Photo : Achim Kukulies (Düsseldorf)

Espaces et lumière avec lesquels résonnent les oeuvres des  artistes de cette 14ème édition, d’autant que deux d’entre eux – Martin Boyce et Bojan Šarčević – mènent chacun « une réflexion et un questionnement sur l’architecture et le design moderne« .  C’est aussi le cas pour  Carol Bove, connue pour ses assemblages « à la fois simples et détaillés d’objets trouvés et fabriqués » et pour une partie du travail de Markus Schninwald, reposant sur un détournement de mobilier, notamment du XIXe siècle – tables et chaises Biedermeyer – qui en fait ressortir le caractère anthropomorphique. (voir photo plus haut)

Bojan Šarčević -Miniatures, 2002, Vidéo avec son /Courtesy de l’artiste

Bojan Šarčević -Miniatures, 2002, Vidéo avec son /Courtesy de l’artiste

 

Mais Thoughts that breathe (Des pensées qui respirent), le titre de l’exposition – qui est celui d’une oeuvre de Martin Boyce – renvoie aussi à Thomas Gray (1716-1771) et son Élégie écrite dans un cimetière de campagne. (3) Peut-être pour refléter « certaine mélancolie saisonnière », puisque débutée au début de l’automne, l’exposition se referme avec l’arrivée de l’hiver… On ne s’étonnera donc pas de trouver trouver au sol les feuilles jaunies (papier crépon enduit de paraffine) de Martin Boyce en écho à la métamorphose des arbres au dehors.

Propos d'Europe 2015, Martin Boyce / vue d'exposition

Propos d’Europe 2015, Martin Boyce / vue d’exposition

 

Ces deux éléments réunis – architecture et référence saisonnière – contribuent à doter le lieu d’une poésie assez inattendue… Il reste quelques jours – jusqu’au 18 décembre – pour en profiter….

Les artistes : 

Carol Bove, "Sans titre", 2010 / Photo : Thomas Müller (New York) Courtesy Kimmerich (Berlin)

Carol Bove,
« Sans titre », 2010 / Photo : Thomas Müller (New York) Courtesy Kimmerich (Berlin)

Carol Bove, née en 1971 à Genève, vit et travaille à Brooklyn, New York
L’artiste est co-representée par les galeries David Zwirner et Maccarone (New York). Les œuvres de Bove font partie de nombreuses collections : FRAC Nord-Pas de Calais (Dunkerque) ; The Museum of Modern Art (New York) ; Princeton University Art Museum (Princeton) ; Wadsworth Atheneum Museum of Art (Hartford, Connecticut) ; et Yale University Art Gallery (New Haven, Connecticut).

Martin Boyce, né en 1967 à Hamilton (Ecosse), vit et travaille à Glasgow et Berlin
En 2009, Boyce a représenté l’Écosse à la 53ème Biennale de Venise. Lauréat du Turner Prize en 2011, son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles et de commandes publiques et privées, telles que : List Visual Arts Center, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, Massachussetts (2011), This Place is Close and Unfolded au Westfalischer Kunstverein, Munster (2008), For 1959 Capital Avenue au Museum für Moderne Kunst, Francfort (2002). Parmi les collections internationales dont ses œuvres font partie, citons : Museum of Modern Art, New York ; Tate, Londres ; Museum für Moderne Kunst, Francfort ; Carnegie Museum of Art, Pittsburgh ; Gallery of Modern Art, Glasgow.
Boyce est représenté par la galerie Tanya Bonakdar à New York et The Modern Institute à Glasgow.

Bojan Šarčević, né en 1974 à Belgrade (Serbie), vit et travaille à Berlin et à Paris
Parmi les expositions personnelles de Bojan Šarčević, à noter : L’ellipse d’ellipse, Institut d’art contemporain, Villeurbanne (2012), A Curious Contortion in the Method of Progress, Kunstmuseum Liechtenstein (2012) ; Only After Dark, Kunstverein Hamburg (2008), Credac, Ivry-sur-Seine (2007) ; Already Vanishing, MAMbo, Bologne (2007). Il a participé à de nombreuses expositions collectives internationales, dont la Biennale de Venise en 2003.
Il est représenté par la galerie carlier/gebauer à Berlin, Pinksummer à Gênes et la Galerie BQ à Cologne.

Markus Schinwald, né en 1973 à Salzbourg, vit et travaille à Los Angeles
Ses expositions personnelles les plus récentes incluent : Il dissoluto punito, La Triennale di Milano (2014) ; le CAPC, Bordeaux ; Overture, Palais de Tokyo, Paris (2013) ; Animal Works, Sala Verónicas, La Conservera Centro de Arte Contemporáneo, Murcia, Espagne (2012) ; la 54ème Biennale de Venise (2011). Il est représenté par la galerie Thaddeus Ropac.

Fondation Hippocrène

Fondation Hippocrène, rue Robert Mallet-Stevens – Paris 16ème

 

(1) La Fondation Hippocrène, créée en 1992 par Jean et Mona Guyot, est une fondation d’utilité publique, familiale et indépendante, « qui œuvre pour qu’une véritable citoyenneté européenne soit construite jour après jour par les jeunes d’Europe ».
(2) Espaces et lumière que nous avions pu découvrir lors d’une visite organisée en 2014 à l’occasion de la parution de l’ouvrage Robert Mallet-Stevens, Agir pour l’architecture moderne (Les Éditions du patrimoine). Pour lire l’article, cliquer ici
(3)  “Poetry is thoughts that breathe, and words that burn” (la poésie ce sont des pensées qui respirent et des mots qui brûlent).
Le poème, Élégie écrite dans un cimetière de campagne, a été écrit par Thomas Gray peu après la mort de son ami Richard West.

La fondation Haubrok / Fahrbereitschaft 

 

Publicités
Cet article, publié dans Art de vivre, Culture, Patrimoine, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Art contemporain / Propos d’Europe 2015 : « Thoughts that Breathe »…

  1. Intéressant ! Pour info, à Bratislava, voici un lieu qui accueille l’art contemporain : Danubiana http://www.danubiana.sk/en

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s