Baccarat en lumière

Maison Baccarat/Photo DB

A l’occasion de la dixième édition des Designer’s Days, la Maison Baccarat à Paris est le lieu d’une rencontre poétique entre le plasticien de la lumière Yann Kersalé et les collections issues du savoir faire de la célèbre cristallerie et de l’imagination des designers.  Un parcours qui transforme les salons de l’Hôtel de Noailles en  un « jardin sous la lune ». A voir jusqu’au 21 juin 2010.

Le lieu en lui même est somptueux. Le grand hôtel particulier et son jardin, dans le XVIe arrondissement ont été pendant près d’un demi-siècle le théâtre des fêtes données par Marie-Laure de Noailles (1902-1971), amie et mécène, avec le vicomte de Noailles, de nombreux artistes de cette première moitié du XXe siècle. Citons, entre autres Jean Cocteau, Alberto  Giacometti, Françis Poulenc, Luis Bunuel, Man Ray.

Photo DB

La Maison Baccarat s’y est installée en 2003, donnant alors carte blanche au designer Philippe Starck pour en imaginer le décor.  En deux siècles et demi d’existence (Baccarat a été fondé en 1764) la cristallerie est devenue une grande marque de luxe internationale et n’a cessé d’élargir son domaine de création, des arts de la table aux bijoux, en passant par la décoration et les luminaires.

C’est cet ensemble de créations, mêlant tradition et audace, que Yann Kersalé a été convié à revisiter dans ce nouveau parcours, baptisé Un jardin sous la lune.

Salle de bal/Photo DB

Car paradoxalement l’ombre y domine, une atmosphère nocturne, pour mieux faire apparaître les jeux de lumière. Au sol de la salle de bal,  des repères scintillants guident les pas du visiteur dans des chemins sinueux, qu’il traverse entre une double herse de rayons d’ombres. Au travers de laquelle filtre la lumière diffusée par les luminaires « Jallum », prototypes d’une nouvelle collection créée en exclusivité pour Baccarat par Yann Kersalé. Une pénombre habitée à laquelle ne nous avait pas préparé le grand escalier d’apparat et son tapis rouge (la couleur emblématique de Baccarat), lui aussi bordé de « lucioles ».

Une « installation » bien dans l’esprit de celui qui a participé à la réalisation de projets d’architecture, notamment en collaboration avec Jean Nouvel, comme le jardin du musée du  Quai Branly, le toit de l’Opéra de Lyon, la tour Agbar de Barcelone, ou encore le Louvre d’Abu Dhabi.

Le soir de l’inauguration de ce « Jardin sous la lune », il y avait dans  l’Hôtel de Noailles ou se pressait une foule bruissante et mondaine, comme une atmosphère de cérémonie secrète…

Maison Baccarat, côté jardin/Photo DB

Pour en savoir plus sur les Designer’s Days, cliquer ici.

Publicités
Cet article, publié dans Art de vivre, Patrimoine, Tendances, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s