L’art du verre : Meisenthal au Palais-Royal

Une vitrine du Palais-Royal / Photo Didier Plowy/MCC

Le Centre international d’art verrier de Meisenthal expose ses créations dans les vitrines du jardin du Palais Royal à Paris, et notamment ses fameuses « boules de Noêl ». Une manifestation organisée à l’initiative du ministère de la Culture et de la communication dans le cadre de « Métiers d’art en scène ». A voir jusqu’au 15  janvier 2011.

On doit en effet au Centre International d’art verrier (CIAV) de Meisenthal, en Lorraine Moselle, d’avoir  redonné vie à la tradition des boules de Noël en verre, avec chaque année des modèles traditionnels et créations contemporaines sortent de ses fours. Mais ce n’est qu’un aspect de l’activité du CIAV,  créé en 1992 sur le site de l’ancienne verrerie de Meisenthal (1704-1969), dont l’atout a été non seulement de s’inscrire dans la tradition, mais de s’ouvrir à la création contemporaine dans le domaine du verre. Laquelle connait un nouveau regain, depuis une bonne dizaine d’années, auprès des plasticiens et designers, notamment en Europe. (2)

Le CIAV de Meisenthal offre à ceux-ci un espace de rencontre et de création avec les maitres verriers,  perpétuant ainsi la tradition d’innovation initiée par Emile Gallé (1), qui mena de fructueuses recherches avec la Verrerie de Meisenthal durant 27 ans, de 1867 à 1894, pendant les riches heures de l’Art Nouveau.

Une vitrine au Palais-royal / Photo Didier Powy/MCC

Les créations du CIAV investissent les douze vitrines du Palais Royal et de la Galerie de Valois, où sont exposés les travaux d’une vingtaine d’artistes-plasticiens et designers (François Azambourg, Michel Paysant, Jasper Morrison, Werner Aisslinger, Françoise Pétrovitch, Michel François, Fabien Verschaere, Borek Sipek…). Tandis que les sapins des locaux du ministère de la Culture et de la communication s’ornent des fameuses boules de Noël de Meisenthal, « symbole de l’éthique de travail du Centre international d’art Verrier, qui consiste à donner à des créateurs l’occasion de réinterpréter des cultures techniques traditionnelles et les porter ainsi vers de nouvelles applications, de nouveaux marchés« . Et aussi de redonner vie à une filière sinistrée.

Un vase d'Emile Gallé / DR

(1) Emile Gallé (1846-1904), est le co-fondateur de l’École de Nancy et chef de file du mouvement Art Nouveau. Il explore et réinterprète les techniques verrières avec les verriers virtuoses de la Verrerie de Meisenthal (Désiré Christian, Eugène Kremer…) de 1867 à 1894. En 1895 il fonde sa propre cristallerie à Nancy, qui fabriqua, au-delà de sa mort (jusque dans les années 1930) des objets sous la marque « Gallé ». Grâce à son travail, Meisenthal est considéré aujourd’hui comme le « berceau du verre Art-nouveau ». A sa mort, en 1904, c’est un autre artiste, Victor Prouvé qui lui succède à la tête de l’Ecole de Nancy.

(2) Un regain dont témoigne en France la manifestation Strasbourg Capitale du Verre, devenue depuis 2009, la biennale du Verre et dont la prochaine édition aura lieu en 2011.

Publicités
Cet article, publié dans Patrimoine, Tendances, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s