PRIMAIRES ! Les Ateliers d’Art exposent des talents hauts en couleurs…

La console de Roland Mellan/photo Yves Inchierman

En cette période pré-électorale on aurait tendance à oublier que le mot « primaires » ne désigne pas seulement un scrutin mais aussi des couleurs, le rouge, le bleu, le jaune … « Ateliers d’Art de France » nous le rappelle en faisant de ces Primaires ! -auxquelles est venu s’ajouter le violet, complémentaire du jaune –  le thème de l’ exposition-événement annuelle de créateurs organisée dans ses quatre adresses parisiennes. C’est l’occasion de découvrir (jusqu’au 24 mars 2012) les œuvres d’une quarantaine d’artisans d’art dont le savoir-faire d’exception et l’imagination créatrice rendent floue la frontière avec la pure création artistique. 

D’ailleurs, la Galerie Collection dans le quartier du Marais, juste en face du musée Picasso, l’a carrément abolie, cette frontière, en faisant le choix d’artistes issus des arts appliqués contemporains et en privilégiant l’aspect sculptural dans les œuvres présentées. Des œuvres que la couleur rouge, dévolue à la galerie pour ouvrir ce parcours des Primaires ! irrigue d’une intensité particulière. Six artistes, des femmes – et le hasard n’a rien à voir là-dedans – se sont emparé de cette couleur vitale, de sang, d’amour et de blessure.

Raija Jokinen, "Rush" /Photo DB

Comme les créations de l’artiste finlandaise Raija Jokinen qui mêlent peinture, graphisme et art textile sur le thème du corps humain. Avec Rush, un corps esquissé de dos s’orne en surface de ramifications brodées en relief, telles un réseau sanguin ou un enchevêtrement de rhizomes sortis de terre, dans une troublante et poétique fusion de l’humain et du végétal, du sang et de la sève.

Quant à Françoise Quardon, son installation Colonne de larmes, se distingue tout d’abord par l’harmonie de son architecture d’assiettes en suspension et la juxtaposition des textures et  couleurs, velours rouge et faïence blanche. Puis elle se déchiffre, au sens propre, quand en s’approchant, on découvre que ces assiettes sont porteuses de  messages découpés en séquences : Seule/je tombe/souvent/dans le néant, lit-on par exemple. À chacun(e) de prendre son temps pour interpréter ces messages à l’aune de son propre imaginaire…

Françoise Quardon, "Colonne de Larmes" / Photos DB

À L’Atelier Bastille, dix créateurs ont été invités à faire vivre le bleu. Couleur du firmament et de son reflet dans les ondes, elle parcourt le verre, la céramique, le textile ou le métal des œuvres/objets exposées. Beaucoup de talents, là aussi, et quelques coups de cœur. Notamment pour les parures Ultramarine de Michèle Forest, belles à regarder, et sublimes à porter. Cette designer textile dit s’être inspirée  « du mouvement des anémones de mer », dans ces créations qui mêlent lin crocheté, pierres, perles et plumes d’oies retravaillées à l’indigo, pour accompagner « cette gestuelle que l’on a autour du visage et qui crée quelque chose de très mouvant, de très marin ». Version Haute Couture, nettement plus légère et un peu « dingue », dixit la créatrice,  de la collerette de la Renaissance…

Michèle Forest, parure Ultramarine/Photo Hamid Touah

Textile encore avec Ysabel de Maisonneuve. Si sa « première passion » a été la danse, confie-t-elle, ce matériau est « un moyen de parler de l’espace et du mouvement ». Quant au bleu, elle a « eu la chance de le découvrir au Japon où elle a eu une bourse pour faire un travail sur l’indigo ». L’installation créée spécialement pour la vitrine de l’Atelier se veut « un hommage au Japon ». Elle a été réalisée sur un textile fin, plié, roulé et ligaturé avec des bambous avant d’être teint, puis redéployé, « révélant alors son secret ». On a aimé voir l’image de la ville au filtre de cette pièce textile…

Ysabel de Maisonneuve /Photo DB

Sur un tout autre registre, on a aimé les objets atypiques en verre et céramique de  Jean Gazdac. Détournés de leur fonction première par la fragilité des matériaux dans lesquels ils ont été revisités, ces outils devenus objets d’art, outre leur qualité artistique, ont quelque chose de jubilatoire, comme cet hybride clé à molette/pied à coulisse …

Dernière couleur primaire à visiter, le jaune et sa douzaine de créateurs invités nous attendent à la boutique Talents Opéra, rue Scribe (1). On y est accueilli par la console entre design et sculpture de Roland Mellan. Plantée sur ses six paires de « pieds », on ne peut la manquer.

Il y a « une structure, mais pas comme un cerveau humain l’aurait construit. Un peu comme les  branches de l’arbre… », bref « pas cartésienne », résume l’artiste, invité à expliciter son propos. Mais si la preuve du pudding c’est qu’on le mange,  celle de la console – aussi insolite soit-elle – c’est qu’elle  « fonctionne », puisqu’on a spontanément posé des choses dessus ! En l’occurrence des documents,  à la bonne hauteur pour les consulter… au passage on aura apprécié la modestie de l’artiste.

Anouchka Potdevin, "Détournement" / Photos db

Mais doit-on avouer que notre coup de cœur, on l’a eu à l’étage, pour les détournements de mobilier et objets de cuisine opérés par Anouchka Potdevin (serait-ce un pseudo ?). A l’heure où le formica des années 1960 redevient à la mode, ses incrustations de cafetière ou théière de faïence blanche sur des assises ou dossiers de chaise en formica jaune, vous procurent une bouffée d’un vrai plaisir teinté de nostalgie et d’humour…

Pour la quatrième adresse parisienne d’Ateliers de France, la boutique Talents du quartier de l’Etoile, il a bien fallu faire une entorse au thème des Primaires avec ce mélange de rouge et de bleu, qu’est le violet, couleur complémentaire du jaune et pigment naturel rare, apprécié des artisans d’art.  Un violet qui sied à merveille notamment aux bijoux mêlant résine et pierre précieuses d’André Benitah.

Créatkions de Bernard Gonnet/Photos DB

C’est avec le travail d’émaux sur cuivre de Bernard Gonnet que l’osmose entre les matériaux et la richesse des nuances se fait la plus subtile. Cette subtilité est le fruit d’une technique de création à la fois « complexe et complète » qui combine le façonnage du cuivre (gravure, ciselure, martelage, etc.), l’utilisation d’émaux transparents superposées en plusieurs couches et l’appropriation de certaines techniques liées au travail du verre. Résultat : « une cohabitation qui donne des couleurs et des vibrations très spécifiques ». On ne peut qu’acquiescer et admirer…

Après ULTRA DENTELLES !, CIRCUITS CÉRAMIQUES et JE RÊVE, le parcours PRIMAIRES !, – dont on a donné ici un aperçu très partiel et purement subjectif – permet une fois de plus de découvrir la richesse et l’inventivité de cet artisanat d’art, de ces savoir-faire d’exception que l’organisation professionnelle Ateliers d’Art de France s’est donné pour vocation de faire connaître et encourager.

Jean Gazdac / DR

(1) La boutique Talents Opera (1 rue Scribe) où les pièces présentées sont renouvelées régulièrement avec les toutes dernières créations, et où l’on trouve toujours des idées de cadeaux originales (et accessibles). Y sont exposés également les lauréats du concours Jeunes Créateurs organisé chaque année par Ateliers d’Art de France.
Pour en savoir plus sur ce concours et voir les lauréats 2010, cliquer ici 

Pour la liste des quatre adresses parisiennes, voir sur le site d’Ateliers d’Art de France.

Publicités
Cet article, publié dans Art de vivre, Tendances, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s