Les JARDINS SONORES de LA BORIE ou comment écouter un paysage …

P1110207Depuis le 1er juin 2013 des sonorités nouvelles sont venues s’ajouter à celles de la nature dans les jardins du domaine de La Borie,  à quelques kilomètres de Limoges. Ces « Jardins sonores » s’inscrivent en parfaite cohérence dans ce site culturel dédié à la musique et aux arts du son qu’est la Fondation La Borie-en-Limousin. Un projet artistique inédit, fruit de la conjugaison de talents d’horizons très divers, et d’une collaboration étroite avec le très innovant CRAFT,  Centre de Recherche des Arts du Feu et de la Terre de Limoges et Pôle Européen de la Céramique.

Il aura fallu quatre ans pour mener à bien ce projet artistique d’exception, pour lequel onze  créateurs  ont conjugué leurs talents. Si « ces Jardins ont pour auteur la Nature, paysagiste, musicien, éclairagiste, luthier, céramiste, botaniste, maçon, hydraulicien, ont mis en commun leur imagination et leur savoir pour accompagner ses inventions et variations infinies« , nous dit Louis Dandrel. (1) Le  musicien et designer sonore a travaillé à la conception des jardins sonores de La Borie, avec à ses côtés  Emma Blanc, paysagiste, et Patrick Rimoux, » sculpteur lumière ». Car la grande innovation de ces jardins d’un type nouveau c’est « un travail en profondeur sur les propriétés de la lumière et du son, considérés en tant qu’entités (…).  Ainsi, la lumière n’est pas un élément de faire valoir dans la mise en scène, il en est l’objet. Les artistes sculptent ces matières sensorielles en créant des correspondances et des analogies qui se complètent et créent un nouvel espace dont l’alliance du son et de la lumière est le guide », explique Patrick Rimoux.

De Gauche à droite : Patrick Rimoux, Louis Dandrel, Isabelle Depret-Bixio, directrice de la Fondation La Borie, Emma Blanc et Pierre Perraud © db

De Gauche à droite (et sous la pluie!) : Patrick Rimoux, Louis Dandrel, Isabelle Depret-Bixio, directrice de la Fondation La Borie, Emma Blanc et Pierre Perraud © db

Emma Blanc a pour sa part fait oeuvre de cohérence avec le paysage de ce domaine agricole limousin du début du XVIIe siècle et ses 14 hectares de terrains avec un étang, des allées de chênes, des prairies… et une grande variété d’espèces végétales : bambouseraie, saulaie, graminées, etc.;  le tout autour d’un manoir, de ses dépendances (dont un oratoire) et des vestiges de son magnifique mur d’enceinte. Respect de l’environnement initial mais aussi ouverture aux exigences de la mise en sons, de son parcours et de ses matériaux.

Le Craft / DR

Dans l’atelier du Craft / DR

Au premier rang de ceux-ci la céramique, qui a forgé l’identité manufacturière de Limoges et de sa région. Une tradition qui s’enrichit notamment des innovations développées par le CRAFT, Centre de Recherche sur les arts du feu et de la terre, qui fête tout au long de 2013 les vingt ans de sa création. (2) Créé  en 1993 à l’initiative du ministère de la Culture, le CRAFT (devenu également Centre européen de la céramique) a pour mission d’accompagner la création contemporaine en céramique tout en jouant « un rôle d’interface entre l’art et l’industrie » par le biais « d’un lien expérimental et artistique  entre industriels et designers, architectes et plasticiens« , explique son président Christian Gault.

Une prouesse en céramique © db

Une prouesse en céramique © db

Une Innovation  souvent synonyme de « transgression « , laquelle consiste à « fabriquer  des objets en céramique détournés de leur fonction classique« , souligne Gérard Borde, directeur du CRAFT, comme pour les jardins sonores de La Borie, où ont pu être mises en évidence les « qualités vibratoires » de la céramique. En visitant les ateliers de fabrication on découvre le véritable défi technique de certaines de ces réalisations, comme cette cymbale de céramique de 80 centimètres de diamètres et de quelques millimètres d’épaisseur… (3)

Mais « Les Jardins c’est aussi l’œuvre du promeneur qui par son regard et son écoute y ajoute son imaginaire »,  souligne Louis Dandrel. Un promeneur plongé au fil de sa balade dans différents espaces sonores. Certains offerts par la nature (l’eau, le vent, l’écho, la faune et la flore), d’autres par des des sons créés.  À chaque univers naturel correspond une musique propre : l’étang réfléchit les sons, avec ses nymphéas émaillés, dont un grand, central, qu’un dispositif de bois et de disques, tel un instrument de musique, fait sonner. Résonnent aussi les cascades tandis que la musique se fait contemplative dans l’oratoire, sous la lumière zénithale filtrée par un voile de résine translucide.

L'ajustement d'une cascade musicale © db

L’ajustement d’une cascade musicale © db

Sans oublier le théâtre de verdure de 250 places destiné à accueillir  en plein air des concerts et spectacles. Des fibres optiques implantées dans le béton figurent une scène étoilée, tandis qu’une bambouseraie, véritable mur acoustique naturel, en dessine le décor.

Il faut souligner la gestion jardinière très respectueuse de l’environnement : les haies sont taillées à la cisaille et les feuilles rassemblées au râteau. Les herbicides ou pesticides ont été supprimés. Toutes les plantes du jardin ont été choisies en fonction de leurs exigences, du sol et du climat, à quoi s’ajoute une gestion très rigoureuse de l’eau.

Enfin, signalons la convivialité de l’accueil qui a réchauffé notre découverte du lieu effectuée sous une pluie incessante… Il est vrai que  la beauté et  l’originalité du projet s’accompagnent d’ une volonté de la Fondation La Borie-en-Limousin de créer du lien social et de s’inscrire comme un facteur d’incitation à la création et à l’innovation en Limousin.

Domaine de La Borie vu du ciel © graphisme Loukat

Domaine de La Borie vu du ciel © graphisme Loukat

(1) Journaliste, musicien et designer sonore, Louis Dandrel dirige le studio de design et d’architecture sonore qu’il a créé, Diasonic. Il a composé plusieurs jardins musicaux comme Le Jardin des voix à Osaka, Le Jardin des sons à Hong- Kong, Le Jardin de la Plaine-mer au Mont Saint-Michel, La Clepsydre du bassin de la Géode à Paris.

– Les Créateurs des Jardins Sonores de La Borie :
Gilles Valette – Cultivateur de lien social
Pierre Lagedamon – Botaniste et jardinier
Pierre Perraud – Ingénieur hydraulique
Gérard Borde – CRAFT (Centre de Recherche des Arts du Feu et de la Terre de Limoges)
Jean-Luc Thomas – Responsable d’insertion
Nicole Guénégou – Architecte
Sylvain Ravasse – Luthier

(2) À cette occasion une exposition, Minéral Design, a lieu jusqu’au 6 juillet 2013 au Lieu du Design à Paris.

(3) Le CRAFT est aussi à l’origine d’un mobilier urbain en céramique (URBACER) dont on a pu voir un échantillon avec les bancs installés dans le prototype de nouvelle station de bus de la RATP.

Publicités
Cet article, publié dans Art de vivre, Patrimoine, Tendances, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s