Au Studio Hébertot, belle performance de Sophie Paul Mortimer dans « Les règles du savoir-vivre dans la société moderne » de Jean-Luc Lagarce.

Sophie Paul Mortimer, Studio Hébertot / Photo Richard Balthauss

Après le théâtre de Vanves en 2017 et 2018, c’est sur la scène parisienne du Studio Hébertot que Sophie Paul Mortimer interprète, jusqu’au 13 janvier 2020,  Les règles du savoir-vivre dans la société moderne de Jean-Luc Lagarce. À nouveau seule sur scène, la comédienne donne vie et corps à ce texte écrit et créé en 1994 à partir de l’ouvrage éponyme de la Baronne Staffe publié à la fin du XIXe siècle. L’ironie et l’humour savamment distillés par Lagarce font de ce manuel à destination de la bourgeoisie un texte à la fois drôle et corrosif, remarquablement servi par le jeu intense et subtil de Sophie Paul Mortimer et la mise en scène à la fois inventive et dépouillée qu’elle signe avec Roger-Daniel Bensky. 

La lumière se fait et elle apparait au fond de la scène, hiératique, pieds nus dans sa robe de satin qu’enveloppe une grande étoffe de soie rose,  qui sera tour à tour étole, cape, voile, linceul… car il faut bien mourir. Pour seul décor une méridienne au centre de la scène. Posé sur le sol, un verre d’eau, un verre à pied. Car il faudra bien qu’elle se désaltère de temps à autre, la Dame en rose, la Conférencière (La Baronne?) chargée d’énoncer devant son public ces  règles du savoir-vivre dans le monde moderne.

Sophie Paul Mortimer, Studio Hébertot / Photo Richard Balthauss

De la naissance au deuil, en passant par le baptême, les fiançailles, le mariage, les noces d’argent et d’or, la Baronne Staffe (1) a décrit avec force détails la conduite à tenir pour tous ces moments importants de la vie dans la haute bourgeoisie en cette fin du XIXe siècle, «Ainsi que cela n’en finit jamais de se passer »…. Tout en conservant des passages entiers du manuel de la Baronne, Jean-Luc Lagarce y a glissé des commentaires implicites ou explicites, sous forme d’apartés de l’oratrice, d’hésitations, de répétitions, d’énumérations – comme le catalogue des prénoms féminins et masculins à choisir pour le baptême, aussi interminable que loufoque et pourtant « authentique »!

Donner corps et âme à cette « oratrice » c’est le fil conducteur de la mise en scène élaborée par Sophie Paul Mortimer et Roger-Daniel Bensky. D’abord avec le jeu de la comédienne, qui s’est formée et a travaillé, entre autres, avec Daniel Mesguich et Patrice Chéreau, et avoue  « un amour immodéré pour les textes ». Le respect du texte donc – auquel contribue l’excellente diction de Sophie Paul Mortimer – mais aussi l’ouverture « d’espaces d’interrogation et de vide fécond » indiqueRoger-Daniel Bensky.

Jean-Luc Lagarce / Photo Michel Quenneville

Il y a peut-être en effet du vécu, de l’affect derrière l’évocation de certains de ces moments de la vie auxquels se réfèrent ces règles du savoir-vivre : nostalgie, regret,  douleur peut-être… Comme une « faille  », le mot est de la comédienne. D’où ces emballements parfois ou au contraire ces arrêts brusques dans la narration, comme pour couper court à quelque sentiment pénible et passer à autre chose. Une interprétation qui ajoute une dimension inquiète, fébrile à ce que peut avoir de comique, d’absurde, l’énoncé de ces préceptes de bienséance. Le tout dans un équilibre subtil, fruit d’un travail permanent au fil des représentations pour resserrer la mise en scène, élaguer pour toujours mieux servir le texte. (2)

« Si l’enfant naît mort, est né mort »… Eh bien, « il faut quand même, tout de même, déclarer sa naissance  (…) et un médecin devra attester que sa mort a précédé sa naissance ». C’est par ces mots,  un emprunt à la baronne subtilement remanié, que commence Les règles du savoir-vivre dans la société moderne, version Jean-Luc Lagarce, le dernier texte écrit avant sa mort en 1995.

Sophie Paul Mortimer est sur la scène du Studio Hébertot le lundi et le mardi à 21h, jusqu’au 13 janvier 2020.

Sophie Paul Mortimer © Richard Baltauss

 

(1) Le pseudonyme aristocratique utilisé par l’auteure – en réalité Blanche-Augustine-Angèle Soyer (1843-1911) – aura très certainement contribué au succès de l’ouvrage. Véritable best-seller en son temps, Usages du monde : règles du savoir-vivre dans la société moderne, a été réédité plus de vingt fois entre 1889 et 1891. On peut en consulter et télécharger le texte sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bnf.
Le texte de Jean-Luc Lagarce est édité, comme l’ensemble de son oeuvre, aux Solitaires Intempestifs
(2) Un équilibre et une intensité du jeu qu’on avait déjà pu apprécier dans la version du Dom Juan de Molière qu’avait donnée Sophie Paul Mortimer en octobre 2012 au théâtre Panopée à Vanves, interprétant tous les rôles de la pièce…  On en avait rendu compte ici même.

 

         Studio Hébertot
78 bis Boulevard des Batignolles
75017 Paris
01.42.93.13.04

Cet article, publié dans Culture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s