Archives de catégorie : Patrimoine

Grâce à la Compagnie Oghma, « Bérénice » de Racine renoue avec la tradition baroque.

Drame de l’amour et du pouvoir, « Bérénice », la pièce écrite par Racine en 1670, nous touche encore aujourd’hui. Sans doute parce qu’il n’y eut jamais si peu d’action – une décision à prendre – et autant d’intensité, portée une langue sublime, dans ce théâtre qu’on appelle classique, oubliant qu’il fut d’abord baroque. C’est ce que nous rappelle la Compagnie Oghma, en recréant la gestuelle, la langue, la diction, les costumes et l’éclairage caractéristiques de l’esthétisme pratiqué à l’époque de Racine. Une version intime et concentrée de la tragédie qui conjugue raffinement, sobriété et émotion. Jouée à Paris, au Studio Raspail en novembre dernier, la pièce le sera à nouveau et pour une unique représentation, le 10 janvier 2020.  Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine | Tagué , , , | 1 commentaire

« Graver la Renaissance » au château d’Écouen

Le Musée national de la Renaissance consacre une exposition à Étienne Delaune, orfèvre et graveur français (1518/19-1583), et à son influence sur les arts décoratifs. Reconnu de son vivant comme un graveur hors pair, collectionné par les amateurs de toute l’Europe, il restera en effet jusqu’au XIXe siècle une source d’inspiration. « Graver la Renaissance, Étienne Delaune et les arts décoratifs », première exposition dédiée à cet artiste, réunit quelque 130 objets, gravures et dessins au château d’Écouen, dans les appartements du connétable Anne de Montmorency et de son épouse Madeleine de Savoie.
À voir jusqu’au 3 février 2020. Lire la suite

Publié dans Art de vivre, Culture, Patrimoine | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

« Monumental Balzac » au musée des Beaux-Arts à Tours …

… ou la « Petite histoire des monuments au grand écrivain », contée dans la ville qui l’a vu naître il y a 220 ans, le le 20 mai 1799. Une histoire pleine de péripéties qui court sur un peu plus d’un siècle, avec des monuments réalisés – encore debout ou détruits,  d’autres restés à l’état de projet ou d’autres encore à venir… De la sculpture de Paul Fournier, inaugurée à Tours en 1889  à celle de Falguière, inaugurée à Paris en 1902, en passant bien sûr par « le » monument qu’est le Balzac de Rodin, objet de scandale en 1898 avant d’être reconnu comme une oeuvre majeure. Et ce n’est pas le moindre intérêt de cette exposition que de présenter un nombre important de pièces évoquant  la longue gestation –  sept ans – de la sculpture de Rodin. Une histoire des monuments à Balzac qui se poursuit avec la commande passée à l’artiste conceptuel Nicolas Milhé pour une série d’oeuvres en hommage à la Comédie humaine… Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

« De l’art des fous à l’art psychopathologique » # 2 : La Collection Sainte-Anne autour de 1960

Cette nouvelle exposition au Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne présente des oeuvres créées par des patients autour des années 1960. Elle fait suite au premier volet réalisé au dernier trimestre 2018 avec une sélection d’oeuvres autour des années 1950, date correspondant à l’Exposition internationale d’Art psychopathologique organisée dans le cadre du Premier Congrès mondial de psychiatrie à l’hôpital Sainte-Anne. Ce second volet a pour particularité de présenter des oeuvres en grande partie réalisées dans les premiers ateliers d’art-thérapie de l’hôpital, par des malades dont certains avaient une pratique artistique avant leur hospitalisation. Huit artistes au total, et des oeuvres passionnantes, mises en valeur dans les deux belles salles de la cave voutée qui abrite le musée. À voir jusqu’au 28 avril 2019. Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine, Témoignage | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Musée Gustave Moreau : les abstraits sortent du placard…

C’est au coeur du 9ème arrondissement de Paris, dans le quartier dit de La Nouvelle-Athènes, que se trouve le musée Gustave Moreau, là même où habita et travailla le peintre (1826-1898), grâce au legs que celui-ci fit  à l’État des lieux avec la collection de ses oeuvres, riche de quelque 25 000 peintures, aquarelles, dessins… Ainsi que nombre d’oeuvres qualifiées d’abord d’ « ébauches », puis d’ « abstraites » au cours du XXe siècle. Gardées en réserve, près d’une centaine de ces peintures et aquarelles sont aujourd’hui présentées au public jusqu’au 21 janvier 2019 dans le cadre de l’exposition « Gustave Moreau, Vers le songe et l’abstrait ». Organisé sur les trois étages du musée, le parcours de l’exposition se déploie au milieu des oeuvres de l’artiste accrochées aux cimaises du musée, offrant ainsi au visiteur des pistes pour tenter de déchiffrer la singularité et la complexité du processus créatif de Gustave Moreau. Lire la suite

Publié dans Culture, Patrimoine | Tagué , , | Laisser un commentaire