Une journée à Auvers-sur-Oise

Les tombes de Vincent et Théo Van Gogh dans le cimetière d’Auvers / Photo DB

Auvers-sur-Oise c’est, bien sûr, Van Gogh. L’artiste y a passé les 70 jours qui ont précédé sa mort, le 29 juillet 1890, peignant sans relâche. Ce village d’Ile de France, avait déjà accueilli au long du XIXe siècle un certain nombre de peintres, sensibles à sa lumière, ses couleurs et ses maisons de pierres. Auvers a su préserver son charme et son passé tout en s’ouvrant à la création contemporaine.

Un train spécial direct de la gare du Nord met Auvers-sur-Oise à 30 minutes de Paris, d’avril à fin octobre. On arrive  sur place à 10h30, on en repart à 18h15, ce qui donne largement le temps de visiter, de flâner et de se restaurer.

Si on vient pour la première fois à Auvers, l’auberge Ravoux est un passage obligé sur les traces de Van Gogh. On y visite la petite chambre mansardée où le peintre a séjourné  et qui a été conservée en l’état, seul le lit en fer a été déplacé dans une pièce voisine pour laisser plus de place aux visiteurs. Réalisme oblige : l’escalier qui permet d’y accéder n’a pas non plus été repeint…

Mais plus que la misérable chambre où il revenait dormir après avoir peint toute la journée dehors et, souvent, dîné chez le docteur Gachet, ce qui nous intéresse c’est de saisir un peu de ce qu’étaient l’environnement et les sources d’inspiration de l’artiste pendant son séjour Auversois. La maison du Dr Gachet, au pied de la carrière, dominant avec son jardin en terrasses  la vallée de l’Oise, est un de ces lieux privilégiés.

Maison du Dr Gachet : annexes dans la carrière/ Photo DB

Le jardin, soigneusement entretenu, dans l’esprit de son ancien propriétaire, à la fois ordonné et foisonnant, mêlant fleurs, plantes aromatiques ou médicinales, arbres et arbustes. On s’y attarde volontiers, avant de passer de la lumière à la pénombre en franchissant le seuil de la maison.

On y circule librement d’une pièce à l’autre. Seul l’accès qui mène à l’atelier aménagé dans le grenier est interdit. Des photos et documents recréent l’univers du Dr Gachet, médecin et aussi artiste, comme en témoignent des bocaux de pigments dans une armoire vitrée et, surtout, la presse à bras utilisée pour la gravure à laquelle, au début des années 1870, il initie ses amis artistes, Pissarro, Cézanne et Guillaumin. (1)

En continuité avec ce passé, la maison du Dr Gachet accueille régulièrement des oeuvres d’artistes graveurs contemporains. Cette année, sous le titre Elles exposent, les oeuvres de six femmes (Christine Bouvier,Isabelle Dansin, Marianne Le Vexier, Christine Patry, Agata Podsiadly et Paule Praud) sont présentées. Des oeuvres inspirées par la nature, le rapport entre l’humain, le minéral et le végétal et mêlant gravure, photographie, nouvelles technologies…

Agata Podsiadly, « Arbre » / Photo Agata Podsiadly

Christine Bouvier, Dyptique 1 /Photo Christine Bouvier

On a particulièrement aimé le travail de Christine Bouvier, sombre et sensuel, mêlant corps humain photographié et ruisseau gravé, et celui d’Agata Podsiadly, avec ses incrustations de couleur au coeur de la gravure. C’est ainsi que la table, sur laquelle était accoudé  le docteur Gachet posant pour Van Gogh, apparait doublement enchâssée, dans son écrin de verre au fond du jardin derrière la maison et celui des arbres gravés.

Quant aux bétons peints de Marianne Le Vexier exposés dans le jardin, leur titre, La Musique des feuilles, renvoit au thème de cette saison culturelle estivale 2010 à Auvers, inspiré par une citation de Vincent Van Gogh: « La peinture promet de devenir plus musique » (2), et décliné au fil de six expositions dans six lieux différents.

Après la maison du Dr Gachet, qu’on quitte à regret, sur le chemin du Musée de l’Absinthe, on s’arrête au château d’Auvers. Juste pour contempler, de la terrasse, le jardin à la française. La parfaite symétrie des labyrinthes de buis et des fontaines est assez inattendue et tranche sur le paysage et l’atmosphère alentour.

Photo DB

Etape suivante : le Musée de l’absinthe. On y est accueilli par sa fondatrice et directrice, Marie-Claude Delahaye qui ce jour-là, mais c’est apparemment souvent le cas, tient aussi la caisse…Objets, affiches, documents, oeuvres d’art : le musée, ouvert en 1994, rassemble un nombre impressionnant de pièces se rapportant à la fameuse « Fée verte »,  l’apéritif  à 72° inséparable de la vie artistique du XIXe, mais aussi fléau social, avant d’être interdit en 1915. La vente de l’absinthe, avec une composition légèrement modifiée, est à nouveau autorisée. A consommer avec modération (même à Auvers !).

L’absinthe, à une terrasse d’Auvers/Photo DB

Pause déjeuner au restaurant « Le chemin des peintres« ,  juste en dessous de l’église immortalisée par Van Gogh. L’an dernier, à l’occasion du centenaire de la mort du Dr Gachet, la propriétaire et chef du restaurant, Françoise Bossoutrot, avait revisité la cuisine du XIXe siècle. Cette fois-ci on se laissera tenter par un lapin fermier et sa sauce aux olives. Et on ne sera pas déçu! Côté dessert, le choix se portera sur une valeur sûre découverte l’an dernier : le pain d’épice local avec son caramel et sa crème anglaise….

Promenade digestive jusqu’au cimetière pour le pèlerinage aux tombes de Vincent et de son frère Théo, décédé une année plus tard. Un petit raidillon et quelque cinq cents mètres plus loin, changement radical de décor : la verdure habitée et les dénivelées d’Auvers ont fait place à l’étendue des champs. Moissonnés ceux-ci font surgir l’écho des blés d’or jaune peints par Van Gogh. Une fois dans le cimetière, il n’y a qu’à suivre les visiteurs pour découvrir, adossées à l’un des murs de pierre,  les tombes jumelles enfouies sous le lierre.

C’est le milieu de l’après-midi. Les touristes sont nombreux autour de l’église. Américains, Anglais, Japonais, Français, ils sont venus en groupes avec un guide,  en famille ou entre amis. Quelques-uns ont loué des vélos électriques mis à disposition à l’Office du tourisme.

Zadkine, Monument à Van Gogh / Photo DB

Ce sera  bientôt l’heure du retour sur Paris. Il reste encore un peu de temps pour s’asseoir un moment à l’ombre du parc Van Gogh, devant la statue du peintre sculptée par Zadkine (3).

Un dernier arrêt à la terrasse d’un café,  sur la place de l’hôtel de ville, permettra d’assister à une table voisine au rituel de l’absinthe, avant de prendre le train pour Paris.

En emportant un peu de cette douceur d’Auvers-sur-Oise dont Van Gogh disait, écrivant à son frère Théo : « Réellement, c’est gravement beau« .

 

 

(1) Pour en savoir plus sur le Docteur Gachet et sa maison, cliquer ici

(2) Un thème qui s’imposait en cette année où le Festival international de Musique d’Auvers (du 27 mai au 2 juillet) fêtait son 30ème anniversaire.

(3) Né l’année de la mort de Van Gogh (en 1890), le sculpteur Ossip Zadkine a consacré plusieurs oeuvres au peintre à la fin des années 1950. C’est en 1961 que ce Monument à Van Gogh a été installé à Auvers-sur-Oise. A noter que la saison culturelle 2011 à Auvers sera consacrée à Ossip Zadkine : expositions de sculptures en perspective.

Publicités
Cet article, publié dans Art de vivre, Culture, Patrimoine, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Une journée à Auvers-sur-Oise

  1. Cocault Régis dit :

    Bonjour,
    un grand merci pour ce bel article sur Auvers sur Oise.

    L’Office de Tourisme met également à la disposition des visiteurs des plans de visite du village avec le parcours des plaques tableaux. Il est également possible de participer à une visite guidée du village tous les dimanches et jours fériés à 15h00 au départ de l’Office avec une guide conférencière.

    Egalement, une autre astuce : si vous visitez plusieurs lieux culturels, vous pouvez acheter un pass unique d’entrée (4, 5 ou 8 unités) qui vous permet d’accèder aux lieux culturels au prix d’un tarif réduit au lieu d ‘un plein tarif.

    Les enfants peuvent également visiter le village avec l’aide de « Lili et Lulu » qui feront découvrir aux enfants le village et les peintures de Vincent van Gogh. Une manière amusante d’aller sur les pas du peintre et d’avoir un 1er contact avec la peinture.

    Et n’hésitez pas à revenir vous ballader le long de l’Oise pour un pique-nique en famille !!
    Bonne visite à Auvers-sur-Oise !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s