« WARAI » : Ça rit, sourit et … pète dans l’art japonais

La Maison de la Culture du Japon à Paris présente WARAI, une exposition dédiée à l’humour dans l’art japonais de la préhistoire au XIXe siècle. Cette exposition s’inscrit comme le moment phare d’une série de manifestations  organisées tout au long de l’année 2012 à l’occasion du 15ème anniversaire de la MCJP. Si le rire – traduction du mot warai – n’est pas ce qu’en Occident on associe spontanément à l’art japonais traditionnel, la centaine d’œuvres réunies – sculptures, rouleaux, estampes, objets divers – témoigne pourtant de la présence d’un certain humour, du sourire subtil de la divinité à la trivialité de la « bataille des pets ».
À voir jusqu’au 15 décembre 2012.

Pour découvrir l’exposition, il faut monter au 2ème étage du vaste bâtiment dont la façade de verre impose sa courbe face à la Seine, au voisinage de la Tour Eiffel. Et passer de la lumière à la pénombre en raison de la fragilité des peintures et estampes.

Figurine en terre cuite, « dogû » / Photo Ogawa Tadahiro

Une petite figurine en terre cuite (dogû) datant de un à deux millénaires avant l’ère chrétienne – unique pièce « préhistorique » de l’exposition – accueille le visiteur. Si les seins bien marqués indiquent sa féminité, ses yeux et sa bouche suggèrent-ils vraiment le sourire ? La statuette est emblématique de l’interrogation que susciteront certaines des œuvres présentées.

statuettes Haniwa « porteurs de boucliers »/ Honjo City board of Education

Par contre, les statuettes haniwa (Ve/VIe siècles) suggèrent franchement le rire – encore que sa signification nous échappe. On sait gré à Yuji Yamashita, universitaire et conseiller scientifique de l’exposition, de citer Bergson : «  Combien de fois n’a-t-on pas fait remarquer que beaucoup d’effets comiques sont intraduisibles d’une langue dans une autre, relatifs par conséquent aux mœurs et aux idées d’une société particulière ? ». (1)

Au fil de la visite, on sera donc tour à tour en terrain déchiffrable ou énigmatique, séduit ou dérouté (ou les deux à la fois), franchement amusé ou dubitatif … Indépendamment de la qualité artistique des œuvres sélectionnées. (2)

« Personnes assemblées pour n’en faire qu’une », Utagawa Kuniyoshi/coll. part.

Parfois même on trouvera matière à quelques associations avec des œuvres de notre répertoire européen. Comme ces visages d’homme et de femme, composés de corps humains entremêlés, qui font penser à Arcimboldo et ses portraits faits de fruits ou légumes juxtaposés…

Ou ces courtisanes à tête de chat goûtant aux plaisirs de l’été – du temps (XIXe siècle) où le gouvernement  avait interdit les estampes d’acteurs et de belles jeunes femmes –  qui convoquent le souvenir des personnages de la pièce Les peines de cœur d’une chatte anglaise, mise en scène par Alfredo Arias et son groupe Tsé dans les années 1980…

Cette estampe fait partie d’une série où, des poissons et autres représentants du monde aquatiques auxquels les acteurs de kabuki ont prêté leurs traits, aux crabes funambules en passant par les singes, les animaux témoignent à la fois de l’observation aiguë de la société des hommes et de ses travers, mais aussi du sens de l’observation et du talent des artistes. Sans oublier le thème du chat et de la souris qui traverse les temps : le chat ayant bu trop de saké, la souris oublia d’attraper…

« Ressemblants? Des poissons rouges! », Utagawa Kuniyoshi/Coll. part;

 

Les animaux sont une ressource parodique inépuisable et quasi universelle dans  l’art, et la section qui leur est consacrée dans l’exposition, sans conteste la plus plaisante.

Et puis il y a le gros comique, trivial. Celui de  cet incroyable Rouleau de la Bataille des pets, par Kawanabe Kyôsai (époque Edo 1867), qui déroule ses quelque 9 mètres sur deux vitrines horizontales … On peut aussi le visionner à loisir sur écran, pour saisir toutes les étapes de cette guerre quasi rabelaisienne, de la cuisson des patates douces à la propulsion des vents naturels rassemblés dans une nasse (dont les lanceurs se sont bouché le nez…).

Rouleau de la bataille des pets, Kawanabe Kyôsai / K.Kyôsai Memorial Museum

 

Rieurs ou faisant rire, les dieux le sont aussi. Surtout les Sept dieux du Bonheur, très populaires pendant l’époque Edo (XVIIe-XIXe siècles) d’où proviennent en majorité les œuvre présentées.

Statue de la grande divinité de Tamatsushima, Mokujiki / Kawai Kanijiro’s House

Les religieux, les moines zen, utilisent les peintures humoristiques dans un but d’édification, de popularisation de l’enseignement de Bouddha. Ils sculptent aussi, la réalisation de nombreuses statuettes en bois du Bouddha faisant partie de leur ascèse. Le large sourire apaisé qui les orne nous est plus familier. Comme celui de la statue de la grande divinité de Tamatsushima (1807). On apprend que son auteur, Mokujiki, la réalisa dans sa 90èmeannée, « au cours de laquelle il accomplit son objectif de sculpter mille images bouddhiques et fit la promesse d’en concevoir mille autres »… On ne dit pas si elle aussi fut accomplie…

En quittant l’exposition, on ira faire un tour à la boutique au rez-de-chaussée, qui en dépit de son espace exigu propose un rayon librairie bien pourvu et un choix raffiné de céramiques et autres objets.

Egalement dans le cadre de son 15èmeanniversaire, la Maison de la Culture du Japon à Paris propose depuis le début de l’année 2012 « Paysages du cinéma japonais », un programme de 150 films, de l’après-guerre aux années 2000.  La seconde saison, commencée le 5 septembre, se poursuit jusqu’au 11 décembre avec la projection de quelque 80 films.

La Maison de la culture du Japon / DR

 

(1) On apprend par la même occasion que Le Rire, cet essai de Bergson d’où est extraite la citation, jouit au Japon d’une notoriété jamais démentie depuis la publication de sa traduction en 1938…
(2) L’exposition parisienne reprend The Smile in Japanese Art, présentée en 2007 au Mori Art Museum de Roppongi à Tokyo, avec l’ajout de quelques oeuvres.

La Maison de la Culture du Japon
101 bis quai Branly 75015 PARIS
01 44 37 95 01

 

Publicités
Cet article, publié dans Culture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s