Salon RÉTROMOBILE : Retour sur un parcours subjectif où il est aussi question de Licorne…

La voiture est une passion masculine. On a pu le vérifier lors de la 45ème édition de Rétromobile, Salon international de la voiture de collection, qui s’est tenue au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris du 5 au 9 février 2020 et qui a réuni plus d’un millier de véhicules de collection. Si les femmes n’y étaient pas totalement absentes, les hommes  constituaient l’écrasante majorité des visiteurs. Ce n’est pas un scoop. L’intérêt du constat réside davantage ici dans le regard porté  sur les voitures, du curieux au passionné, du simple amateur au collectionneur avéré. Un regard qui s’attache à l’objet, son histoire, ses caractéristiques techniques – la performance sur route mais aussi l’ingéniosité mécanique – , la beauté des formes, la prouesse des restaurations, l’évolution des marques et leur éclectisme, de la voiture de course au tracteur.

À son arrivée, avant de pénétrer dans le hall d’exposition, le visiteur s’arrête un instant pour assister au défilé de voitures anciennes. Quelques modèles issus du musée national de la voiture de Compiègne roulent en effet autour du pavillon, à une vitesse tout à fait honorable, histoire de montrer que « ça marche encore ». Certains conducteurs ont revêtu l’indispensable pelisse de fourrure de cette époque pionnière qu’évoque aussi le son des klaxons (1). On va d’ailleurs commencer la visite par le stand du musée, « le premier au monde dédié à la locomotion », ouvert en 1927 au château de Compiègne. Des pièces uniques sont exposées, comme ce « dos-à-dos » à vapeur datant de 1891, dont le constructeur reste à ce jour inconnu.

Au milieu des modèles exposés, on aura vainement cherché un modèle de la marque « La Licorne ». Il est plus que probable que cela ne dise rien au lecteur; pourtant derrière le nom de cet animal mythique, il y a un constructeur français qui a produit dans les années 1920-1930 des automobiles, dont celle du père de l’auteure de ces lignes, laquelle y a été transportée pendant les huit premières années de sa vie … 

Expérience assez inoubliable dont le souvenir n’est d’ailleurs pas étranger à sa présence dans ce salon. Au passage, elle apprendra de la bouche d’un amateur plus qu’éclairé que « des Licorne, c’est à Reims qu’on en trouve ». (2) Mais elle aura tout de même la surprise, un peu plus tard, de voir la marque Licorne orner la calandre d’un tracteur d’artillerie construit en 1938!

La nostalgie est bien sûr au rendez-vous de ce salon. En y retrouvant par exemple  sa « première voiture ». Pour un visiteur, ce sera une Fiat 125, datant de 1968 (photo ci-contre). Presque hier et déjà objet de collection… Ou en revivant l’émotion des 24 Heures du Mans, devant un stand où défilent sur écran les images de pilotes célèbres :  Beltoise, Pescarolo…

Voiture de course encore, avec hommage rendu à Amedeo Gordini (1899-1979),  dit « Le sorcier »,  l’Italien devenu constructeur français de Formule 1. Son portrait trône au-dessus d’une rutilante Simca-Gordini des années 1930, résultat d’une belle restauration. Car ce salon est aussi l’occasion pour les entreprises dédiées à la restauration et reconstitution de véhicules, d’exposer leur savoir-faire. (3) Le « avant-après » est souvent saisissant.

On aura même surpris la main d’un visiteur – un passionné n’en doutons pas – effleurant la « peau » d’aluminium d’une Ferrari, reconstituée par les orfèvres en la matière, la firme italienne Bachelli & Villa. Le nom lui même fait rêver…

Mais il est temps d’aller vers une des curiosités de ce 45ème salon Retromobile : les tracteurs agricoles (là aussi il y a des souvenirs d’enfance…). Pour cela il faut aller à l’étage. De l’escalier mécanique qui y conduit on a une vue d’ensemble assez impressionnante sur le hall qu’on vient de quitter. En apercevant au premier plan les stands de miniatures, on se promet qu’avant de repartir on ira y faire un tour pour choisir un souvenir.

On aura un peu de mal à trouver l’espace réservé à ces engins agricoles, « au coeur de l’histoire automobile ». Au travers d’une trentaine de modèles couvrant plus d’un siècle, on constate que les plus grandes marques automobiles, françaises (Renault, Citroën) et étrangères (Ford, Porsche, Alfa Romeo),  se sont impliquées dans ce domaine,  parfois avec des techniques innovantes, comme le modèle « Rotapède », élaboré dans les années 1950 par Renault et équipé d’un système de chenilles et de patins métalliques à l’arrière. Comme aussi ce ce modèle fabriqué par Porsche en 1954 spécialement pour les plantations de café au Brésil : sa forme allongée et arrondie avec une carrosserie lisse permettant d’éviter de briser les branches des caféiers… Quant à Ford, il est le pionnier du secteur, avec un modèle commercialisé dès 1917 aux Etats-Unis.

À gauche, tracteur Porsche/ À droite, de heut en bas : le « Rotapède » de Renault et le Fordson F / Photos db

Sur le chemin de la sortie, on jettera un regard nostalgique sur les vieilles voitures d’enfant à pédales, avant d’aller fouiner dans les miniatures, où notre choix se portera sur une Simca Aronde, en souvenir de celle qui, au milieu des années 1950, avait remplacé la Licorne dans le garage paternel…

(1) Si le nom Klaxon est celui d’une marque commerciale déposée en 1908, le mot « klaxon », inventé par son premier fabricant, l’Américain Franklyn Hallett Lovell Jr., vient du grec ancien κλάζω, klazō  (« retentir avec bruit »).
(2) Renseignement pris, il s’agit du Salon champenois du véhicule de collection, dont la 33ème édition se tiendra les 7 et 8 mars 2020.
(3) Un « Grand prix Auto Motul – Fondation du patrimoine » est décerné chaque année à l’occasion du Salon Rétromobile. Pour 2020, il est allé à la Ford GT 40 des 24 heures du Mans 1967. Cette voiture est l’héroïne du film Le Mans 66 de James Mangold sorti en novembre 2019  et qui relate la rivalité entre les deux constructeurs Ford et Ferrari.

La Licorne de l’enfance

Cet article, publié dans Art de vivre, Patrimoine, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Salon RÉTROMOBILE : Retour sur un parcours subjectif où il est aussi question de Licorne…

  1. Matatoune dit :

    Merci pour ce partage !

    J'aime

  2. Bonjour . Cette LICORNE est une HO2 (5 cv) version cabriolet. Une HO2 a gagné le Rallye de Monte-Carlo en 1930. Si vous voulez en savoir plus, j’a créé un forum dédié à cette Marque et je vous invite à vous y inscrire pour en découvrir le contenu. https://la-licorne-autos.forumactif.org/ Bon confinement. JP de Nîmes

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s