Les « Histoires naturelles » de Catherine Noury, photographe et brodeuse

Catherine Noury, « Poumon » / DR courtesy Galerie Sit Down

Le titre est bien trouvé pour cette exposition des travaux récents de Catherine Noury à la galerie Sit Down à Paris. L’artiste photographie la nature pour ensuite la broder, au sens littéral, en  greffant sur les formes naturelles de fins branchages ou d’algues, ses broderies en relief. Mais broder c’est aussi inventer, enrichir la réalité au gré de son imagination… C’est ce qui fait le raffinement et la poésie des Histoires naturelles de Catherine Noury où s’entremêlent photographie, broderie et dessin.
A voir jusqu’au 28 juin 2012.


« … Les villes s’usent, les femmes songent », écrit le poète. (1) On pourrait ajouter « … en brodant ». Activité traditionnellement féminine, la broderie est une invitation au rêve, à la pensée vagabonde, à la réflexion, une dilatation de l’espace intérieur inversement proportionnelle à la minutie du travail et de son périmètre. Elle est aussi une perception du temps. « Je crée des réserves de temps, je brode à la vitesse où ça pousse en réalité », dit Catherine Noury.

Apparemment, cette question du temps  – il y aussi une grand-mère brodeuse – a joué un rôle important, dans le passage de la photographie à la broderie. En témoigne ce que l’artiste confiait dans un entretien lors d’une précédente exposition : « une fois le déclencheur de l’appareil actionné, l’image captée entre dans le passé. Dans la couture, chaque étape est un nouveau point de départ. Le présent est permanent. C’est très jubilatoire ».  (2)

Catherine Noury, « Phasme » / DR courtesy Galerie SitDown

Le même mot peut s’appliquer aux pièces d’ Histoires Naturelles présentées à la galerie Sit Down. Greffée de fil vert, une fine brindille devient Phasme. Une algue séchée ramassée sur une plage bretonne – Catherine Noury est née à Lorient – parée de fils de coton noir et rouge, avec toujours le fil d’or pour marquer le départ des greffons, devient Poumon.  En fait, un véritable appareil respiratoire où circulent le sang nourri d’oxygène et celui chargé d’oxyde de carbone, étrange symbiose entre le végétal et l’humain, l’aquatique et l’aérien. Un poumon métaphorique de l’étroite imbrication des formes du vivant et un objet artistique éminemment  poétique et profondément émouvant aussi par la perception du temps inscrite dans sa fabrication. (3)

Il y a aussi ces fleurs, mêlant papier – là aussi, le temps est présent par la patience qu’il aura fallu pour un découpage/ciselage manuel -, broderie et épingles peintes. Avec Transformations Catherine Noury essaie de traduire les nuages et leur mouvement qu’elle a magnifiquement photographiés. Mais les nuages, en quelque matière qu’on essaie de les figurer ne se laissent pas facilement capturer, comme en témoigne cette tentative de nuage en sculpture de dentelle qui deviendra finalement une série de dessins à l’encre et aquarelle.

Catherine Noury, « Morceaux choisis » / © DR courtesy galerie Sit Down.

On avoue notre préférence pour les pièces « fil » de Catherine Noury, jusqu’à ce canevas étrange issu de l’entremêlement des chutes de fils de l’artiste et que la directrice de la galerie, Françoise Bornstein, a souhaité voir figurer dans l’exposition.

À Paris jusqu’au 28 juin 2012  après avoir été dévoilées au printemps 2011 au Centre d’Art de l’Isle sur la Sorgue, les pièces d’ Histoires naturelles de Catherine Noury seront ensuite présentées du 5 au 31 juillet dans le cadre du Festival international d’art contemporain Alpilles Provence(Apart).

Catherine Noury, « Nids » © DR courtesy galerie Sit Down.


(1)
Saint John Perse, Amers. 

(2) Exposition L’éternelle Fiancée, 2008, galerie Sit Down. Catherine Noury avait réalisé des robes miniatures présentées dans des boites à papillons. Pour lire l’intégralité de l’interview, cliquer ici.

(3) Un travail qui nous fait penser à celui de l’artiste finlandaise Raija Jokinen, où se  mêlent peinture, graphisme et art textile sur le thème du corps humain, qu’on avait pu découvrir lors de l’édition 2012 de l’exposition des créateurs d’Ateliers d’Art de France. 

Galerie Sit Down, 4 rue Sainte-Anastase 75003 Paris
01 42 78 08 07
http://www.sitdown.fr/

Publicités
Cet article, publié dans Culture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les « Histoires naturelles » de Catherine Noury, photographe et brodeuse

  1. www.macuisineetvous.com dit :

    Un très joli travail.
    Benoit
    http://mesphotosetvous.wordpress.com

    J'aime

  2. Merci pour la présentation de ce travail subtil, je ferais circuler à des étudiantes qui ont une démarche qui n’est pas sans parenté…
    Dans une autre approche, mais qui met aussi en relation corps et fils, connaîs-tu le travail de la graveuse Myriam baumgartner?
    http://www.evreux.fr/page/14991/exposition-muriel-baumgartner
    http://murielbaumgartner.monsite-orange.fr/page5/index.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s